star forum


 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 L'agriculture moderne a oublié la composante biologique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
hadjer
hadjer
hadjer
avatar

Féminin
Nombre de messages : 1500
Age : 26
Localisation : alger
Emploi/loisirs : sport.
Points D\'Ecxellence : 10
star :
90 / 10090 / 100

L\'Experience :
Date d'inscription : 27/05/2008

MessageSujet: L'agriculture moderne a oublié la composante biologique   Lun 4 Aoû - 11:03



La biodiversité
diversité des écosystèmes, des espèces et des gènes a une valeur
économique encore bien difficile à chiffrer. Les sommes avancées dans
ce domaine sont toujours très contestées. L'exercice a néanmoins le
mérite de montrer que les services du monde naturel à l'économie, même
s'ils sont gratuits, sont néanmoins bien réels et qu'il est important
de les préserver.




Le mois dernier, une étude commandée par le ministère irlandais de
l'Environnement a montré que la biodiversité «rapporte» chaque année
2,6 milliards d'euros au pays, un chiffre vraisemblablement sous-évalué
de l'avis même des rapporteurs. Selon eux, les plus gros contributeurs
naturels à la richesse nationale sont les vers de terre avec un apport
estimé à 700 millions d'euros par an. Ces annélides recyclent, en
effet, les déchets végétaux, aèrent les sols et les fertilisent
gratuitement avec leurs déjections.




Les ministères français de l'Agriculture et de l'Environnement n'ont
pas choisi l'option pragmatique irlandaise. Dans la foulée du «Grenelle
de l'environnement» qui a mis en avant la nécessité de freiner les
ravages de l'agriculture intensive sur la biodiversité, ils ont demandé
à l'Institut national de recherche agronomique (Inra) de faire une
«synthèse critique» de tout ce que la littérature scientifique
internationale a produit, notamment sur les bénéfices que la
biodiversité peut apporter à l'agriculture. Cette «expertise
collective», intégrant des chercheurs d'autres établissements et
d'autres disciplines que l'agronomie, devrait être prochainement
publiée. Ses grandes lignes ont été présentées lors d'un colloque qui
s'est tenu récemment au ministère de l'Écologie.




Pour des changements rapides


«L'agriculture intensive s'est construite après la Seconde Guerre
mondiale en s'affranchissant de la biodiversité. La vision s'est
focalisée sur les flux de matières ( engrais, traitements
phytosanitaires, NDLR ) et on a oublié la composante biologique» ,
explique Xavier Le Roux, le chercheur de l'Inra qui a piloté
l'expertise. Il fallait avant tout produire pour nourrir les
populations. Pas étonnant donc qu'il ait fallu attendre longtemps avant
que la préservation de la biodiversité et plus largement les impacts
environnementaux soient pris en compte. Cela explique aussi pourquoi la
recherche sur les liens entre l'agriculture et la biodiversité est elle
aussi encore balbutiante.




Jusqu'à aujourd'hui, le seul travail d'envergure a été l'«Évaluation
des écosystèmes pour le millénaire» («Millenium Ecosystems
Assessment»). En dehors de cette étude commandée par l'ONU, «les
connaissances sont morcelées entre plusieurs disciplines et les
échelles spatiales très disparates» , souligne Jean-Roger Estrade,
d'AgroParisTech.




L'expertise de l'Inra a surtout valeur d'alerte. Prendre en compte le
monde naturel, ce n'est pas retourner à l'agriculture d'antan. Cela
nécessite au contraire un bagage technique important. «Il ne suffit pas
de mettre un peu plus de biodiversité et un peu moins de pesticides
dans son exploitation pour que l'agriculture soit durable», résume
Xavier Le Roux. C'est le message subliminal de l'expertise de l'Inra
destiné à l'ensemble du monde agricole. Les changements doivent être
rapides pour préserver ce qui n'a pas été détruit. La parcelle ne sera
plus le champ clos de l'agriculture de demain. Il faudra aussi tenir
compte de ce qu'il y a autour et au-delà.




Une thématique que la ministre de l'Enseignement supérieur et de la
Recherche, Valérie Pécresse, vient d'ailleurs d'intégrer au volet
recherche du «Grenelle de l'environnement», suite aux recommandations
du comité opérationnel présidé par Marion Guillou, la présidente
directrice générale de l'Inra.









_________________



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
messi19
messi19
messi19
avatar

Masculin
Nombre de messages : 1939
Age : 26
Localisation : tebessa
Emploi/loisirs : football
Humeur : heureux
star :
Points D\'Ecxellence : 90
star :
92 / 10092 / 100

L\'Experience :
Date d'inscription : 30/05/2008

MessageSujet: Re: L'agriculture moderne a oublié la composante biologique   Lun 4 Aoû - 12:31

Merci pour çe documentaire ce que je vois c'est que la biodiversité engendre negativement a la biosphérie selon les recenements recents



_________________
Who Can Stopp Me !!!



Dernière édition par messi19 le Lun 4 Aoû - 14:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
eisenheim23-7
eisenheim23-7
eisenheim23-7
avatar

Masculin
Nombre de messages : 844
Age : 26
Emploi/loisirs : death
Humeur : death
Points D\'Ecxellence : 75
star :
80 / 10080 / 100

L\'Experience :
Date d'inscription : 08/06/2008

MessageSujet: Re: L'agriculture moderne a oublié la composante biologique   Lun 4 Aoû - 13:40

Twisted Evil thx Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'agriculture moderne a oublié la composante biologique   

Revenir en haut Aller en bas
 
L'agriculture moderne a oublié la composante biologique
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
star forum :: Sciences & Culture :: Culture Génerale-
Sauter vers: